Comment se voit un adepte de la théorie du genre, et comment nous voit-il ?

MODE D’EMPLOI : COMMENT SE VOIT UN ADEPTE DE LA THEORIE DU GENRE ?

L’adepte de la théorie du genre a reçu l’illumination. Il a gravi une montagne, y a rencontré le vieux sage à la longue barbe blanche qui lui a ouvert les yeux. Redescendu parmi les hommes, il explique aux autres ce qu’il a vu. C’est un boddhisattva des sciences sociales, un mystique féministe de l’Histoire, un troglodyte de la caverne de Platon. Rendez-vous compte ! L’adepte considère que le genre, c’est-à-dire le rôle social des hommes et des femmes, est façonné par des influences historiques, culturelles et sociétales, qui, selon Françoise Héritier, remontent aux premiers hommes, au don de la parole. Il sait cela, il connait cette construction longue qui nous a fait tels que nous sommes : Adam bêchant et Eve filant. Il sait aussi qu’une construction intellectuelle peut se déconstruire. Et c’est là le plus excitant. Lorsqu’on croit savoir quelle brique d’un édifice est solidaire de tous les autres, il est tentant de la retirer, juste pour le plaisir de voir l’édifice s’effondrer. Il veut déconstruire une construction intellectuelle. De la même manière que les modalités du genre ont évolué en permanence au fur et à mesure que la société changeait elle aussi, il faut donc influer pour qu’elles changent afin d’être conforme à la Nouvelle Religion Révélée, celle que l’on récite lorsque, comme un mantra, on nous répète encore et toujours « égalité », « égalité », « égalité »…

Il veut déconstruire car l’adepte veut se faire justicier. Il sera le dernier cavalier, pas l’un des quatre de l’Apocalypse, non, un Saint-cavalier, un Saint George (ou une Sainte-Georgette), celui (ou celle, attention) qui délivrera la princesse. Mais comme il n’est pas macho, il va la délivrer des griffes du démon pour lui rendre sa liberté : l’épouser et lui faire des enfants, même au moyen d’une PMA, ça reproduirait les stéréotypes.

De quoi se fait-il le justicier ? De la position humiliante des femmes au cours de l’histoire (ce sont les historiens du genre qui l’ont prouvé). Elles ont toujours été subordonnées, victimes d’une société patriarcale, victimes de l’autorité des hommes, de simples ventres utiles à la reproduction et, quelques fois par semaine, aux exigences de monsieur. Des violées, des spoliées, des millénaires d’oppression et d’opprobres. Il faut les délivrer, leur faire voir la réalité, la dure réalité historique en face : les femmes sont des esclaves. Sont elles heureuses de leur sort ? Elles ne font que montre d’une servitude volontaire parce qu’elles ne savent pas ? Que ne savent-elles pas ? Que leur condition est due à des stéréotypes et qu’il faut les dépasser. Sinon, l’histoire va se répéter. L’histoire se répète toujours tant que Sainte Georgette (ou Saint George) ne se décide pas à transpercer le dragon patriarcal.

L’adepte a compris que la différence entre les genres ou les sexes était un phénomène culturel, découlant d’idées qui ont prévalu pendant une période donnée, ou dans une culture donnée. Alors, il hait cette culture, il exècre cette période, il ne s’aime pas. Il n’aime pas l’école, car elle est considérée comme un instrument permettant de perpétuer ces stéréotypes. Il n’aime pas la société, car elle perpétue ces stéréotypes. Il n’aime pas son histoire, car c’est une histoire d’hommes, de machos qui se tapent dessus, parce qu’on n’y parle pas assez des femmes, parce qu’on lui parle de Versailles, de Louis XIV, de Charlemagne, de Vercingétorix ou de César mais on ne lui parle pas des backrooms gays des ostrogoths, des sextoys des cisterciens, des éventuels pratiques sado-masochistes de Saint-Louis (qui, quand même, se donnait le fouet quand il priait), des transsexuels dans le Saint-Empire romain germanique ou des travelos vikings. Il n’aime pas non plus les catalogues de jouets à Noël car les pages sont roses pour les filles ou bleues pour les garçons, et aussi parce que les enfants le déçoivent parce qu’ils appliquent tellement les stéréotypes sexués que les petits garçons ne veulent pas porter de robe et les filles refusent de jouer au foot, et ce, dès 5 ans. Il aime pas non plus le restaurant car on dit « un » bœuf bourguignon et « une » soupe de légume. Il n’aime pas grand-chose à part les réunions féministes où l’on dit que l’on n’aime pas la société patriarcale et la Gay-pride, car ça ne ressemble pas trop à une société patriarcale.

Mais notre gourou a un espoir, quelque chose qui le pousse à se lever le matin : celui de changer les choses, celui de bouleverser des millénaires de civilisation. Et il a pour lui un avantage formidable, le genre d’avantage qui vous permet de participer à des colloques, d’être invité à parler au micro de France-Culture, de donner des conférences en marge de festivals d’été dans le Larzac, de faire les yeux doux à Najat : l’adepte de la théorie du genre est considéré comme un progressiste.

Il commencera toujours une partie d’échecs avec les blancs. Dommage…

MODE D’EMPLOI : COMMENT NOUS VOIT UN ADEPTE DE LA THEORIE DU GENRE ?

Je suis désolé, mais on commence mal : si l’adepte de la théorie du genre est un progressiste, alors, dans une perspective historique, il y a une vérité implacable : ceux qui sont contre le Genre sont au mieux des conservateurs, au pire des réactionnaires. Il faut vivre avec ça et essayer de composer autour de ce défaut majeur…

L’adepte de la théorie du genre nous connaît bien. Il nous connaît bien car il nous a scrutés pour nous combattre. Toute son idéologie ne repose d’ailleurs que sur cette confrontation. Il a vu. Il est un illuminé. L’antithèse des illuminés, ce sont les obscurantistes . Mais notez que si un illuminé est un fou, alors nous sommes les sains d’esprit.

Donc, l’illuminé nous connaît bien et il sait -ou croit savoir – cette chose fondamentale : il dit de nous que nous considérons les différences sociales et culturelles entre les hommes et les femmes comme relevant du biologique, du naturel et que, par conséquent, nous considérons ces différences comme invariables. Rappelons que lui croit à la Culture, pas à la Nature. Vous me direz « mais c’est caricatural ! ». Oui ! Mais, en même temps, un obscurantiste, vous croyez vraiment que ça peut être nuancé ? Non… vous êtes des obscurantistes, vous êtes donc privés de finesse et de nuance. Si vous lisez des livres, de toute manière, vous ne le méritez pas. Si vous allez à un concert de musique classique, vous avez les oreilles bouchées, si vous visitez un musée, vous ne regardez pas ce qu’il faut, et si vous avez une religion, vous n’avez même pas compris qu’il y avait eu la Révolution française, vous êtes donc en dessous de tout. Vous êtes de toute manière une cible prioritaire. Et puis lui, il sait, il détient la vérité, son objectif est de vous détruire, pas de vous convertir. Il veut vous détruire par la lobotomisation de vos enfants, par l’éducation progressiste qu’il ambitionne afin de pourfendre vos stéréotypes sexués. Vous êtes un obscurantiste, vous ne pouvez pas revenir en arrière, vous ne pouvez pas être convaincu, l’enjeu est que vous ne convainquiez pas vos enfants à votre suite. La bataille doit se jouer à l’école.

Qu’est ce qu’il pense de votre pensée primitive ? (Avouez que l’intitulé de la question n’engage pas à aller dans votre sens…). Il pense que votre pensée primitive est la pensée dominante. Là-dessus, vous êtes gagnant, il sait que vous êtes nombreux. Il pense que vous croyez les femmes inférieures. Il pense que vous êtes homophobe (même si vous avez des copains, ou des copains de copains qui sont gays et que vous les adorez). Il pense que vous êtes chiant, que vous êtes triste et que vous avez une vie merdique. Il pense que vous n’aimez pas les sciences sociales et que c’est pour cela que vous n’aimez pas la théorie du genre. Il pense que vous n’aimez pas la théorie du genre mais que, au fond, vous n’y connaissez strictement rien. Il pense que vous véhiculez des stéréotypes qui associent les hommes à la sphère publique et les femmes à la sphère privée. Si vous êtes un homme, il pense que vous êtes un macho et que vous ne changez pas les couches de vos bébés. Si vous êtes une femme, il vous aime bien mais il trouve quand même que vous êtes tellement une victime heureuse du patriarcat, qu’à la fin, ça l’énerve.
Si vous avec des arguments contre la théorie du genre il pense soit qu’ils sont l’expression de stéréotypes qui ont été infirmés par lui soit que vous vous appuyez sur des études soi-disant scientifiques, pseudo-scientifiques, ou pire, d’extrême droite.

Il pense que vous croyez que « les hommes sont physiquement plus forts, moins souples, ont des capacités spatiales, numériques et mécaniques plus importantes et ont tendance à voir le monde en termes d’objets, d’idées et de théories alors que les femmes, pour leur part, acquièrent une maturité physique et psychologique plus tôt que les hommes, ont des fonctions d’affiliation et nourricières plus développées, des compétences verbales supérieures et plus précoces et voient le monde sous un angle personnel, esthétique et moral ». Alors que non, vous n’avez pas l’habitude de faire des phrases comme ça sur les gens.

Mais surtout, il n’arrive pas à comprendre comment vous pouvez penser que le fait d’aimer une personne d’un autre sexe, en dehors de la théorie du genre, soit sincèrement possible.

Bref, il ne vous aime pas.

Publicités

Une réflexion sur “Comment se voit un adepte de la théorie du genre, et comment nous voit-il ?

  1. Excellente conclusion. L’adepte de la théorie du genre croit-il seulement à ce qu’il dit? Rien n’est moins sûr. L’essentiel est bien de pouvoir vous détester légitimement. L’ineptie de la théorie du genre la rend irréfutable. Aussi, faut-il marteler sans relâche que les mal nommées sciences sociales ne présentent pas les caractères fondamentaux d’une discipline scientifique. Et militer pour que toutes les dites sciences humaines se voient retirer leur qualificatif usurpé de science. Et encore que ces dites sciences humaines se voient rappeler dans leur dénomination même leur caractère fondamentalement idéologique et manipulatoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s